Texte à méditer :  

"Jusqu'à ce que la douleur le lui enseigne , l'homme ne sait pas quel trésor est l'eau"

   Lord Byron

Connexion...
 Liste des membres Membres : 2392

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonyme en ligne : 1

Total visites Total visites: 0  
Articles eau

Fermer .Biblio

Fermer Divers

Fermer Matériel / Techn.

Fermer Pollution de l'eau

Fermer Prix/services eau

Fermer Qualité de l'eau

Articles assainiss.

Fermer .Biblio

Fermer Assainissement

Fermer Compost

Fermer Toilette sèche

Installation EDP
Q / R ministérielles
Tous Azimuts
Pluviométrie
L association
Sondage
 
Résultats
Sommes membre de
éc'eau-logis soutient
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
203 Abonnés
Webmaster - Infos
Calendrier
Recherche



Le captage


Recupération de l'eau de pluie : marche à suivre

Etape 1 : le captage



La première phase d'une installation de récupération d'eau de pluie , c'est bien évidemment la récupération elle-même, ou le "captage" de cette eau dite "météorite" (tombante) .....

Il est bon de préciser ici un détail qui a son importance, c'est l'aspect de "surface de captage" :
il est à considérer comme surface de captage ou surface de récupération, la projection verticale au sol de votre toiture, c'est à dire la superficie au sol de la maison + les débords de toits, donc, pour une maison non-attenante de 9m x 12m avec un débord de toit de 50cm sur les 4 côtés, il est à considérer une surface de captage = à 10m x 13m !, et ne pas prendre en compte le "développement de surface de couverture" !!, autrement dit ne pas considérer la pente, puisque l'eau de pluie ne tombe (jusqu'à présent ...) que sur un axe +/- vertical, et non pas sur divers axes perpendiculaires à vos 2 ou 3 ou 4 versants de toitures !! .....

C'est cette surface qui servira de base pour le calcul du potentiel de récupération et du dimensionnement de votre stockage.
Ces calculs de potentiel et de dimensionnement doivent, pour être précis et fiables en application, être conduits dans une étude minutieuse, en évitant de se contenter de multiplier la surface par la pluvio annuelle en divisant par le nombre de personnes ....
(attention aussi à certains discours "commerciaux" qui font beaucoup de multiplications en oubliant d'y inclure un coefficient de perte au niveau du captage [évaporation, rugosité du matériau, ..] et aussi au niveau de la préfiltration [avant stockage] si préfiltre auto-nettoyant .. !! )

Concernant le matériau de couverture, la grande majorité des toitures actuelles est tout à fait adéquate à la récupération des eaux de pluie. Beaucoup de gens se posent (à juste titre dirons-nous) des questions sur une éventuelle nocivité de tel ou tel matériau, comme souvent par exemple les ondulés Everit/Eternit susceptibles de relarguer de l'amiante .... , reste à savoir exactement à quel matériau il est à faire, car les dernières "générations" de ces produits ne contiennent plus d'amiante, et pour les anciennes, il faut se rendre compte que la contamination par l'amiante se produit surtout par inhalation de poussières volatiles (travaux, découpage, transformation, manutention, ...), et non pour un simple écoulement d'eau sur une paroi "composite", et vu la structure du matériau et le peu de contenu nocif pouvant entrer durablement en contact avec l'eau, vous imaginez que le taux de "transfert" ou de relargage resterait bien infime ....

Néanmoins, reste quelques matériaux qui ne sont pas indiqués pour l'usage concerné, à savoir aluminium (brut, non peint), cuivre, plomb, (mais vous savez qu'il existe bien peu de couverture de ce genre) bardeaux goudronnés, bardeaux de bois (relargage possible de tanins et huiles essentielles), toitures végétales.

En ce qui concerne les gouttières et descentes , les "traditionnelles" zinc et PVC conviennent très bien, l'aluminium est à éviter sauf si revêtu d'usine ....

Pour un "candidat récupérateur", il est de mise d'optimiser ses conditions (quantitatives) de récupération par la connexion au stockage de toutes surfaces de captage adéquates et disponibles (grange, garage, remise, ....)

Au sujet de la qualité de l'eau de pluie "brute", reportez-vous au chapitre "Etape 3 : le stockage" .
A savoir aussi que les membres de l'association éc'eau-logis bénéficieront des résultats d'analyses régulières de qualité d'eau "brute" et filtrée ...


A suivre avec : "Etape 2 : La préfiltration"


Date de création : 10/03/2008 ¤ 22:44
Dernière modification : 03/04/2008 ¤ 23:06
Page lue 3469 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^