Texte à méditer :  

"Jusqu'à ce que la douleur le lui enseigne , l'homme ne sait pas quel trésor est l'eau"

   Lord Byron

Connexion...
 Liste des membres Membres : 2419

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonyme en ligne : 1

Total visites Total visites: 0  
Articles eau

Fermer .Biblio

Fermer Divers

Fermer Matériel / Techn.

Fermer Pollution de l'eau

Fermer Prix/services eau

Fermer Qualité de l'eau

Articles assainiss.

Fermer .Biblio

Fermer Assainissement

Fermer Compost

Fermer Toilette sèche

Installation EDP
Q / R ministérielles
Tous Azimuts
Pluviométrie
L association
Sondage
 
Résultats
Sommes membre de
éc'eau-logis soutient
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
203 Abonnés
Webmaster - Infos
Calendrier
Recherche



Le pompage


Récupération de l'eau de pluie : marche à suivre


Etape 4 : le pompage




Je me permettrais pour débuter ce chapitre, de vivement vous recommander le choix d'une pompe de qualité et bien adaptée à l'usage ici concerné ! ...
Nous sommes souvent face à ce dilemme, choisir entre l'option du "2 ou 3 x pas cher et ça ira ce que ça ira ..." ou du "1 x plus cher mais fiable et durable"..., mais l'expérience montre souvent que la 1ère solution n'est pas nécessairement économique, et que la 2è nous fait bien profiter de ses avantages et nous évite bien des déboires ... !!

Cependant, je ne me permettrai pas de vous conseiller telle marque ou tel modèle précis, car ce choix étant assez large, il doit, je pense, s'orienter selon vos appréciations personnelles ...

Vous avez 4 types de pompes possibles et adaptés aux différents usages de votre installation, reste à choisir selon vos préférences, votre budget et/ou les particularités de votre installation ....

  • la pompe de surface seule :

    de préférence horizontale, centrifuge multicellulaire ou à piston, autoamorçante, avec ou sans appareil de gestion automatique de pression et/ou sécurité manque d'eau.

Avantages : moins chère, modèle de base

Inconvénients : se met en marche à chaque tirage d'eau, donc très sollicitée

=> usure + rapide , => + de bruit , => + de conso. Élect.


Publicité gratuite pour information



  • la pompe immergée seule :

attention de bien considérer une pompe immergée de cuve et non de forage ...





Avantages : est d'office en "hors-bruit" et "hors-gel" .. ! , et peut être intéressante selon certaines disposition des lieux ...
meilleur rendement comparativement ...
évite l'achat et la connexion du tuyau/crépine d'aspiration ..

Inconvénients : plus chère , mais peut éviter d'autres frais (voir > avantages)


  • le groupe surpresseur :

    IDEM que les 2 premiers + réservoir à vessie d'eau sous pression ( > jusqu'à 8-10 bars )

=> gros avantage de stocker sous pression un volume d'eau (50 > 1000 l.), choisi en fonction du dimensionnement de l'installation, permet de soulager la pompe en évitant les démarrages répétitifs.

Attention, il faut savoir que la "vessie" est mise sous pression par de l'azote, (généralement à l'extérieur de la vessie et donc l'eau est stockée à l'intérieur) mais ceci implique que la réserve utile d'eau dans la vessie correspond à seulement ±1/4 du volume du réservoir lui-même !! ..

(> voir article dans "FAQ" ..)

La vessie est une "poche" interchangeable, en butyle qualité alimentaire .

Pour le type "de surface" : la pompe peut être montée directement sur le réservoir , ou rester dissociée ...









  • le groupe-module de gestion automatique :

    IDEM que pompe seule couplée avec un kit d'automatisation (pression et manque d'eau) + électrovanne 3 voies (permutation EDP < > eau de ville) + petit réservoir d'appoint (10 – 15 l.)

=> ce type d'appareillage est très pratique puisqu'automatisé et performant, mais beaucoup plus cher aussi évidement !!

attention de veiller à ce qu'il soit conforme à la norme EN 1717 , par rapport à la disconnexion !

Par contre, si votre installation est correctement dimensionnée, votre stockage devrait rarement être "à sec", et pour le peu que l'on se donne la peine de contrôler de temps en temps son niveau, l'achat de ce type d'appareil "moderne" ne se justifie pas vraiment, dans le sens où il est facile d'installer une alimentation "de secours" en eau de ville vers la citerne de pompage, qui permet si besoin de combler le manque d'eau dans celle-ci ...

Cette possibilité permet d'elle-même la disconnexion entre réseau eau de ville <-> eau de pluie ...









Quel que soit le modèle, ne pas oublier le dispositif "sécurité manque d'eau" approprié !! (voir avec votre vendeur..)

Dans le cas des pompes de surface, il est fortement conseillé d'aspirer l'eau par un tuyau souple équipé d'une crépine à anti-retour et d'un ballon flotteur, cette crépine "flottante" permet de pomper l'eau à +/- 10cm sous la surface de l'eau, sans aspirer les saletés surnageantes ou le dépôt de fond ....













Selon la pompe et ses raccords entrée/sortie, la section du tuyau d'aspiration (> jusqu'à la pompe) et du tuyau de refoulement (> de la pompe à la nourrice de distribution) est généralement de 1"1/4, mais au minimum de 1" .. !
(tuyau PEHD alimentaire , diam 32 ext. )


Concernant le contrôle de niveau d'eau dans la cuve, vous pouvez vous installer une jauge de niveau, soit pneumatique (entre 50 et 140€ ), soit électronique (entre 150 et 190€ ) soit à ultra-sons (non communiqué )..... ou rester à la simple (et aussi bonne) méthode du contrôle manuel/visuel, qui a au moins le mérite d'être fiable et gratuit .....







A suivre ... avec : étape 5 : la filtration .



Date de création : 10/03/2008 ¤ 22:52
Dernière modification : 29/05/2008 ¤ 22:27
Page lue 5542 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Réaction n°1 

par SamL le 24/10/2011 ¤ 22:22

Bonjour,

Après avoir lu le site Eautarcie j'en étais resté à l'idée qu'il me fallait une pompe centrifuge (pompe à piston trop chères) avec un réservoir intermédiaire conséquent pour éviter les pics de pression et de trop solliciter la pompe ...et pas forcément à basculement automatique parce moi l'option de prévoir un tuyau pour envoyer de l'eau du réseau dans la cuve en cas de panne sèche me va très bien ...mais je viens de lire ton site qui parle d'une autre option possible (dont je n'avais pas entendu parlé jusque là)  : un surpresseur avec un réservoir à vessie  (en butyle) stockant l'eau  sous pression ...
j'ai du mal à voir dans quel cas c'est option est intéressante par rapport au surpresseur + réservoir intermédiaire (sans stockage sous pression d'eau) ...?

Dit autrement quels sont les cas ou sans disposer d'un réservoir qui met l'eau en pression on ne s'en sort pas ? Est ce lié à la taille du réservoir intermédiaire voulu ? à ton choix de pompe immergé ? aux filtrages prévus ...ou (je m'efforce de réfléchir n ) l'option pompe + réservoir sous pression est peut être moins cher pour avoir une pression équivalente qu'une pompe seule + réservoir (non pressurisé)? Je me perds en conjonctures ...

Dans mon projet, je pense jumeler deux cuves de 7 m3 pour alimenter toute la maison et me contenter des filtrages que tu préconises jusqu'au filtre céramique ou ultrafiltration ..mais sans osmoseur et sans lampes U.Vs

Merci beaucoup de m'éclairer l
^ Haut ^