Texte à méditer :  

"Jusqu'à ce que la douleur le lui enseigne , l'homme ne sait pas quel trésor est l'eau"

   Lord Byron

Connexion...
 Liste des membres Membres : 2441

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonyme en ligne : 1

Total visites Total visites: 0  
Articles eau

Fermer .Biblio

Fermer Divers

Fermer Matériel / Techn.

Fermer Pollution de l'eau

Fermer Prix/services eau

Fermer Qualité de l'eau

Articles assainiss.

Fermer .Biblio

Fermer Assainissement

Fermer Compost

Fermer Toilette sèche

Installation EDP
Q / R ministérielles
Tous Azimuts
Pluviométrie
L association
Sondage
 
Résultats
Sommes membre de
éc'eau-logis soutient
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
203 Abonnés
Webmaster - Infos
Calendrier
Recherche



Actu



Les algues vertes peuvent tuer.


La mort de deux chiens à Hillion (22), des témoignages de victimes, des taux d’hydrogène sulfuré très élevés... Forts de ces éléments, des scientifiques l’affirment : les algues vertes en putréfaction peuvent représenter un danger mortel pour l’homme. Et, peut-être, ont-elles déjà tué.

..../...


Un dossier à lire sur S-EAU-S ..





Pesticides et cancers ! - par l_ecoleau le 05/10/2008 ¤ 17:46


Cancers et environnement: forts soupçons sur les pesticides



Le rôle des pesticides est suspecté, bien que non avéré, dans la survenue de 8 types de cancer en augmentation depuis 25 ans, d’après les conclusions de l’expertise collective «cancer et environnement» de Inserm.

L’expertise collective de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), financée par l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), est le fruit d’une analyse approfondie de plus de 1.800 articles scientifiques, réalisée par un collège d’experts issus de plusieurs disciplines (épidémiologie, toxicologie, clinique, médecine du travail, quantification des risques). Rendue publique jeudi 2 octobre (1), elle a estimé le lien entre les facteurs environnementaux et 9 types de cancer, sélectionnés lors du premier volet de l’expertise en 2006, en raison de l’augmentation de leur incidence depuis 25 ans: cancers du poumon, du sein, de la thyroïde, de l’ovaire, du testicule, de la prostate, mésothéliomes, tumeurs cérébrales et hémopathies malignes (leucémies, lymphomes).

Le nombre de cancers a augmenté en France de plus de 90% entre 1980 et 2005. En excluant la part due à l’évolution démographique (croissance et vieillissement), cette hausse d’incidence demeure forte: 40% en moyenne. «Le lymphome de Hodgkin en hausse de 6% par an est devenu le troisième cancer le plus fréquent chez les femmes», souligne Guy Launoy, directeur de l’unité Cancers et population de l’Inserm. Les facteurs environnementaux sont suspectés d’être à l’origine de cette hausse inexpliquée.

.../...


Lire la suite sur JDLE ..


Pesticides et cancers : les soupçons se confirment


Nourrissant une polémique toujours plus virulente, les pesticides sont reconnus pour être hautement néfastes tant à l’environnement qu’à la santé humaine. Ce dont il est encore peu fait mention, c’est le rôle que ces substances chimiques pourraient jouer dans la prévalence des différentes formes de cancers.

Bien qu’à l’heure d’aujourd’hui la question fasse toujours débat, de plus en plus de points de vue convergent vers une possible responsabilité des pesticides dans la recrudescence du cancer. Selon l’Alliance Santé Environnement (HEAL), basée à Bruxelles, chaque année en Europe, au minimum un cancer diagnostiqué sur 100 serait imputable à l’exposition à divers pesticides. Une estimation qui pourrait s’avérer bien plus élevée dans les cas de cancer du sein, de la prostate ou des testicules, des leucémies et des lymphomes.


Article à lire sur  Univers Nature ..

Pollution PCB en Seine Maritime .. - par l_ecoleau le 05/10/2008 ¤ 17:35


Communiqué de presse de FNE     Vendredi 3 octobre 2008


Suite à des analyses montrant une contamination par des polychlorobiphényles (PCB), la préfecture de Seine-Maritime a annoncé hier l’interdiction de la vente et de la consommation des poissons pêchés dans la Seine en aval de Vernon. Plus que jamais, France Nature Environnement et ses associations rappellent qu’il ne faut pas fermer les yeux sur cette pollution invisible, sans oublier les autres polluants organiques persistants !


La préfecture de Seine-Maritime a annoncé hier interdire la vente et la consommation des poissons pêchés dans la Seine en aval de Vernon, dans l’Eure. Une nouvelle fois, les PCB refont surface, après une accalmie médiatique ces derniers mois. Pour FNE, la fédération française des associations de protection de l’environnement, cette décision n’a rien de surprenant : « depuis deux décennies les concentrations de PCB dans les sédiments sont extrêmement élevées non seulement dans la Seine et dans le Rhône mais aussi dans la Moselle, le Rhin et la Somme », rappelle Alain Chabrolle, de la Fédération Rhône Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA).

Il constate également que « les associations avaient exprimé leurs soupçons depuis de longues années sur la contamination des poissons et nos demandes répétées d’investigations nationales aboutissent, notamment sur le bassin de la Seine, démontrant ainsi leur pertinence ».

Cette décision est donc une conséquence directe de l’étude demandée par FNE, et dont l’objectif est d’évaluer l’état de santé des poissons présents dans nos rivières, dans le souci permanent de mieux protéger notre santé, et maîtriser la contamination des milieux aquatiques. Le résultat de l’étude est sans appel : 61 % des poissons analysés par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) contiennent trop de PCB, dont certains sont contaminés à un niveau « très supérieur au seuil maximum réglementaire » a précisé l’AFSSA.

Il faut s’attendre à de nouveaux rebondissements sur ce dossier. Après l’environnement, c’est en effet l’homme qui va être l’objet d’une grande étude d’imprégnation, comme nous l’a confirmé hier l’Institut National de Veille Sanitaire (InVS). L’objectif : mesurer l'imprégnation des consommateurs de poissons de rivière dans des secteurs où une pollution a été identifiée, et les comparer à l’imprégnation de populations non exposées.

Mais il ne faut pas s’arrêter là ! FNE renouvelle avec insistance ses demandes d’investigations dans la baie de Seine en ciblant prioritairement coquillages et poissons, ainsi que la tenue d’un comité scientifique et technique au niveau national avant la fin de l’année 2008, selon le modèle du comité « Rhône ».


L'eau en Midi-Pyrénées .. - par l_ecoleau le 03/10/2008 ¤ 21:37


Environnement. Les eaux de la région sous surveillance


Même si l'eau du robinet est potable, l'état de nos rivières est préoccupant.

L'eau de notre région est-elle de bonne qualité ? C'est la question que l'on pourrait se poser à la lecture de l'état des lieux dressé par l'agence de l'eau Adour-Garonne (lire ci-contre). « Déséquilibre », « altération », « pollution », « fragilité », « contamination »… Les termes qui en ressortent ont de quoi inquiéter.

C'est pour être en conformité avec une directive cadre de l'Union Européenne qui veut « rendre toutes les ressources en eau en bon état d'ici 2 015 », qu'Adour-Garonne mène une révision de sa politique de gestion de l'eau. Et c'est dans ce cadre que les bassins Midi-Pyrénéens ont été auscultés.

Si les gros points noirs de pollution ont pratiquement été éradiqués, le bon état écologique est loin d'être atteint. C'est en tout cas ce que conclut l'association Dire, une structure-relais de l'Agence de l'eau. « Les capacités d'autoépuration de nos rivières sont pour l'instant peu opérantes du fait de l'atteinte des écosystèmes aquatiques : une majorité de cours d'eau n'atteindra pas le bon état en 2 015 ».

.../...

 

Lire la suite sur Cas d'Eau ..

 



Documentaire : "L'or bleu" .. - par l_ecoleau le 02/10/2008 ¤ 22:13


 "L'Or Bleu" :  Un documentaire de Damien de Pierpont


L’eau à Marrakech est au coeur de la problématique du
développement économique du Maroc. Sécheresse, tourisme de
masse, mondialisation… contraignent la ville à privatiser la gestion
de son eau alors que la France, précurseur en ce domaine, retourne
progressivement vers la publicisation…

L’Or Bleu enquête sur un nouvel Empire, celui de l’eau.



_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Un documentaire de Damien de Pierpont
Produit par Need Productions
DOSIER DE PRESE

L’eau à Marrakech est au coeur de la problématique du développement économique du Maroc. Sécheresse, tourisme de masse, mondialisation… contraignent la ville à  privatiser la gestion de son eau alors que la France, précurseur en ce domaine, retourne progressivement vers la publicisation…

L’Or Bleu enquête sur un nouvel Empire, celui de l’eau.

SYNOPSIS Détaillé :

Comme beaucoup de pays, le Maroc doit faire face à l’un des nouveaux enjeux du
XXIème siècle : la gestion de ses ressources naturelles.
La région de Marrakech en est un parfait exemple.
En effet, la perle du Sud compte un million d’habitants et accueille chaque année deux millions de touristes consommant cinq fois plus d’eau que la population locale. Depuis dix ans, la sécheresse frappe durement Marrakech. Les nappes phréatiques s’épuisent dangereusement et pour les paysans qui n’ont pas des puits assez profonds, la situation est devenue dramatique. En revanche, les grosses exploitations agricoles, golfs, centres aquatiques... épuisent sans mesure les ressources.

Aujourd’hui, l’eau est gérée par les pouvoirs publics qui en assurent la production et la distribution. Mais confrontée à une demande d’eau croissante, la ville de Marrakech s’apprête à concéder la gestion de son eau à une société privée.
La privatisation de l’eau est un choix aujourd’hui adopté par la plupart des pays du monde. Ce système permet aux autorités locales de ne débourser aucun argent supplémentaire, le privé s’occupant de tout.
Faire payer les investissements et la maintenance par des factures, et non par des impôts, n’est pas sans conséquences. La demande collective disparaît au profit d’une demande individuelle et conforte l’accès à l’eau non plus comme un droit mais comme un besoin.

Deux multinationales dominent actuellement le marché mondial: Veolia et Suez.

Deux entreprises françaises car c’est en France que tout a commencé…
La gestion de l’eau par le secteur privé y est une longue tradition datant de la Révolution Industrielle, puis de la reconstruction du pays après la guerre. Malgré cela, les communes françaises remettent ce système en question et pour cause :
surfacturation, concurrence zéro, entente secrète, financement occulte des partis politiques, prix explosifs…. Ecartés par la France, Veolia et Suez sont contraintes de conquérir de nouveaux marchés…

Depuis les palmeraies marocaines jusqu’aux multinationales, «L’Or Bleu» enquête sur un nouvel Empire, celui de l’eau. Il donne la parole à tous les secteurs concernés : entreprises privées, hommes politiques, ONG, industrie touristique et agricole… pour en comprendre tout l’enjeu. Et en établissant un parallèle entre le Maroc et la France, le film prévient du danger de la privatisation de ce bien vital, aujourd’hui devenu denrée que l’on monnaie.

FICHE TECHNIQUE
Documentaire - 52 MINUTES - PAL 4/3
Réalisateur Damien de Pierpont
Image Dominique Henry
Son Ludovic Van Pachterbeke
Irvic D’Olivier
Thierry Tirtiaux
Marie-Agnés Beaupain
Montage image Virginie Messiaen
Assistant montage image Thomas Vanthuyne
Montage son Ludovic Van Pachterbeke
Musique originale Jean-Philippe Collard-Neven
Mixage Mathieu Cox
Un film produit par NEED PRODUCTIONS
En coproduction avec la RTBF (Télévision belge) & ARTE G.E.I.E, CBA Centre de l’Audiovisuel à Bruxelles
Avec le soutien de la Coopération belge au Développement – DGCD, Service financier fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement
Avec l’aide du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la communauté française
de Belgique, des télédistributeurs wallons, et de la Région Bruxelles-Capitale

BIOGRAPHIE DU REALISATEUR

Damien est né deux fois : à Liège en 1968 et à Tokyo en 1986.
Liège a entendu ses premiers cris et vu ses premiers pas ; Tokyo où il a vécu une année à 18 ans lui a ouvert les yeux en lui offrant la possibilité de rencontrer une culture totalement différente.
Après un peu de droit et de philosophie à l’université belge et surtout après de nombreux voyages dans le monde, il entre à l’INSAS en réalisation. « Menteur » est son court-métrage de fin d’études. On y suit une tranche de vie de petit délinquant rusé. Puis c’est « Le Départ », un documentaire très personnel où il accompagne « sa mère japonaise » dans la fin du deuil de son mari à Tokyo. « L’Or Bleu » terminé, Damien de Pierpont vient de commencer la production de son nouveau projet : « Tarô ». Un dessin-animé où un enfant apprenti samouraï qui préfère jouer au cerf volant plutôt que d’apprendre à se battre, doit affronter le démon d’un volcan qui ravage toute la vallée. L’idée graphique est d’installer cette histoire dans l’esthétique des estampes anciennes.
Réalisations :
LE DEPART documentaire au Japon de 52 min, avril 1998, prod. SAGA Film, RTBF, WIP, avec l’aide de la Communauté française de Belgique.
- Grand Prix du festival du film éthnographique - “Prix Nanouk” – Paris 99.
- Mention du Jury aux écrans documentaires - Gentilly - octobre 99
- Prix d’encouragement audiovisuel de la SCAM - 1999
(Passages télévisuels : RTBF, NOS 1, TV Danoise, Planète.)
MENTEUR (35mm) fiction de 20 min,1996, prod. INSAS et Atelier de Réalisation
avec l’aide de la Communauté française de Belgique.
- Prix BRTN au festival de Bruxelles en janvier 97.
- Finaliste à l’”Academy of Motion Picture Arts and Sciences” pour le “Honorary
Foreign Film Award” (AMPAS - Beverly Hills - 97)
- Palme d’argent au festival mondial du cinéma de courts métrages à Huy en 97.
- Grand Prix de la CFB au festival MEDIA 10/10 à Namur en 97.
- Prix du Jury au festival de Munich en novembre 97.
- Prix du Meilleur Scénario au festival de Munich en novembre 97.
- 3ème Prix au festival de Tel-Aviv en juin 98.
(Passages TV: Canal+ France & Belgique, RTBF, BRTN, TV Danoise, TV5, Arte.)
En préparation :
TARO ET LE DEMON DU VOLCAN, Spirit Films, avec l’aide de la Communauté française de Belgique, dessin animé de 90 minutes.

INTERVIEW DU REALISATEUR
Damien De Pierpont, quel est votre parcours ?
Je suis né à Liège, en Belgique où après des études de Droit et de Philosophie, je suis parti vivre au Japon. C’est un pays que je ne comprenais pas. Son mélange de tradition et d’hyper modernité encore plus flagrant à l’époque me fascinait. Làbas, j’ai eu la chance d’être accueilli par une famille qui par la suite est devenue ma « famille de coeur ». Cette expérience a bouleversé ma vie. Sans cela, j’aurais pris une toute autre direction. Mes études ne rejoignaient plus mes espérances.
J’avais besoin de voyager… En revenant de mes périples, je suis entré à l’Insas où je me suis spécialisé en réalisation. J’ai ensuite fait plusieurs courts-métrages qui ont très bien marché dans les festivals.
Comment en êtes-vous arrivé au documentaire ?
Si je n’avais pas fait l’Insas, je n’en aurais sans doute jamais fait … C’est son corps professoral qui m’a fait découvrir la force, l’intelligence et la richesse du documentaire. Par la suite, « mon père japonais » est décédé et j’ai voulu témoigner de son absence en réalisant un film sur le deuil nippon et principalement sur celui de « ma seconde mère ». Je permettais grâce à ma relation avec elle de servir de passerelle et de montrer le Japon sous un nouveau jour... C’est terrible de dire ça, mais à sa diffusion, beaucoup de gens m’ont dit qu’ils étaient émus de découvrir des japonais « humains ». Mon but était atteint.
Un film très personnel donc…
Oui… C’est pour cela que je n’ai pas voulu en refaire un tout de suite après.
Je voulais retrouver cette intimité. J’ai mis beaucoup de temps à réaliser mon deuxième. Je n’ai jamais eu envie de faire un film pour faire un film. Il me fallait retrouver l’envie de raconter quelque chose…
Qu’est-ce qui dans « L’Or Bleu » a déclenché ce désir ?
La colère. Au Maroc, j’ai un ami qui a une petite ferme de trois hectares d’oliviers.
Depuis quelques années, il n’a plus d’eau dans son puits à cause de la surexploitation des alentours et c’est la même situation pour la majorité des paysans. Creuser un puits plus profond revient à quarante mois de salaires… Donc par rapport à ça, je me suis demandé comment je pouvais l’aider. Un documentaire mettant le doigt sur le fond du problème me semblait être la meilleure façon de lutter.
Comment avez-vous construit votre enquête ?
Dans un premier temps, le but était d’essayer de comprendre la gestion de l’eau à Marrakech. Comment est-il possible que toute une partie de la population n’ait plus accès à l’eau ? J’ai découvert que l’essentiel de la consommation part dans le tourisme de masse en pleine expansion dans cette région. Quand un touriste va à Marrakech, c’est pour retrouver les images qu’on lui a vendu sur internet : piscines, palmiers, espaces verts… Avant, la ville disposait d’un environnement approprié au climat. Aujourd’hui qu’y voit t’on ? Des jardins européens arrosés en permanence, des golfs, des parcs aquatiques… qui prolifèrent.
Le tourisme est-il le seul responsable de cette surexploitation ?
Non, il y a aussi l’agriculture intensive qui abandonne les cultures traditionnelles pour des cultures plus rentables. L’agriculture marocaine peut ainsi exporter vers l’Europe, tomates, salades, fruits… un mois avant l’Espagne. Ces cultures inappropriées à la région boivent énormément et seuls les gros exploitants ont l’argent nécéssaire pour creuser des forages assez profonds. Bien que les grosses exploitations agricoles se targuent d’avoir des systèmes d’irrigation économes, elles consomment au final beaucoup plus que la petite paysannerie. Là encore, les petits paysans en sont les premières victimes et doivent renoncer à leurs terres.
Que deviennent-ils ?
Ils migrent vers les villes. Le discours officiel prétend qu’ils viennent pour y vivre du tourisme. Évidemment, ce n’est pas comme ça que ça se passe. L’agriculteur moyen marocain ne parle pas français, n’a pas les qualifications requises et se retrouve dans des villes HLM ou des bidonvilles sans moyens de subsistance.
Tout cela est assez dramatique.
Quel danger représente cette surexploitation sur l’écosystème ?
L’épuisement des ressources en eau. On pompe déjà dans la réserve fossile, c’est-à-dire dans la nappe qui ne se renouvelle pas. C’est très inquiétant d’autant plus qu’il est impossible de connaître sa contenance. On sait juste que ce que l’on pompe actuellement n’est pas renouvelable. Les autorités comptent sur les barrages, mais s’il ne pleut plus assez ? Ces trente dernières années, Marrakech n’a connu que cinq années pluvieuses… Il est urgent d’arrêter de penser à court terme. Sinon on pourrait très bien avoir une ville sèche dans quelques années…
Que répondent les autorités face à ce constat ?
La privatisation ! Ils présentent ça comme la solution miracle en partant du principe que la loi de l’offre et la demande équilibre au mieux la consommation.
Ils sont persuadés qu’une société privée aura une gestion de l’eau plus efficace …
C’est pour eux, le meilleur moyen de satisfaire tout le monde.
C’est un argument recevable car le gaspillage existe…
Oui, mais qui gaspille ? Ce n’est pas le petit paysan avec son puits ou la famille qui fait plusieurs kilomètres jusqu’à une borne fontaine pour ramener de l’eau au foyer. En revanche, faire pousser du gazon en plein soleil, remplir des piscines et les caddys européens… c’est de l’eau perdue car très vite évaporée. Tout cela est important pour le tourisme et l’agriculture mais à quel prix ? Le film ne cherche pas du tout à démonter ces choix qui apportent emplois, investissements et devises au pays. Le film dit juste qu’il y a plus intelligent à faire et qu’il est urgent de trouver un compromis.
Mais le secteur privé n’est-il pas plus à même d’apporter compétences et investissements qu’un secteur public délabré ?
Il est vrai que le service public qui gère actuellement l’eau à Marrakech n’est pas au point. Les tuyaux sous terre qui apportent l’eau sont vétustes. Il y a 30% de fuites dans tout le réseau qui traverse la ville et c’est colossal. Qu’il y ait des problèmes dans la gestion publique est une chose évidente. On a tous été confronté à la lenteur administrative ou parfois, à une certaine incompétence.
Mais la réponse à ça est d’office la gestion privée. Je suis donc parti enquêter en France, pays précurseur dans ce domaine, pour vérifier les arguments des défenseurs du système privé.
La privatisation de l’eau en France est une longue tradition. D’ailleurs, les deux multinationales qui se partagent le marché mondial sont françaises : Véolia et Suez. Pourtant les choses semblent changer ?
Absolument. J’ai découvert que de nombreuses villes se libèrent des sociétés privées en cassant leurs contrats. Mais la lutte est rude car elles portent plainte contre les mairies rebelles et leur demandent des dommages et intérêts exorbitants. J’ai pris l’exemple de Neufchateau, une des toutes premières villes françaises a avoir osé franchir le pas. Suite à des hausses vertigineuses des prix, la municipalité a repris en main la gestion de son eau. Et depuis qu’ils ont remunicipalisé, il y a moins de fuites, le réseau fonctionne mieux et la mairie arrive même à diminuer le prix de l’eau !
Donc, le leitmotiv libéral qui dit que la concurrence amène un prix plus bas ne
marche pas?
N’oublions pas que les entreprises privées sont là avant tout pour faire des profits et satisfaire leurs actionnaires. Alors prétendre que la privatisation va améliorer l’accès à l’eau aux populations pauvres est un mensonge. Puisque le prix de l’eau augmente, l’accès devient au contraire plus difficile. Quant aux premières villes marocaines privatisées comme Casablanca, les premiers constats tendent là encore vers une hausse vertigineuse des prix, des bornes fontaines supprimées et des foyers privés d’eau parce qu’incapables de payer …
Mais la concurrence existe au moins lors des signatures des contrats ?
Si seules deux entreprises se partagent l’essentiel du marché mondial, peut-on réellement parler de concurrence ? Dans les faits, il s’agit plus d’un partage à l’amiable qu’autre chose. Par exemple, Paris est divisé en deux : rive droite Suez et rive gauche Véolia. De plus, les exigences qu’ils soumettent aux signataires sont clairement abusives. Les contrats signés sont extrêmement longs. Véolia vient par exemple d’engager Shangaï sur 50 ans ! En Afrique du Sud, les sociétés privées n’ont pas hésité à exiger l’interdiction des fontaines publiques pour concurrence déloyale. Dans des villes où parfois plus du tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, l’attitude est scandaleuse.
Mais alors pourquoi le Maroc n’en tire pas leçon en améliorant d’office son service public ?
La privatisation est un courant mondial. Que ce soit l’Union Européenne, l’OMC, le GATT… tous partent du principe que le service privé est le meilleur choix possible.
Le Maroc qui se développe économiquement devient du coup dépendant de ce contexte international. Par exemple, la Banque Mondiale veut bien lui prêter de l’argent pour construire des barrages et remettre son service à niveau, mais à condition que la gestion se fasse par le privé. En fait, le pays n’a pas le choix. Il est pris au piège.

NEED PRODUCTIONS
147 rue St Bernard - 1060 Bruxelles Belgique
T: +32 2 534 40 57
F: +32 2 534 75 74

need-prod@skynet.be
www.needproductions.com

Guerre de l'eau en Bretagne .. - par l_ecoleau le 02/10/2008 ¤ 21:20


Guerre de l’eau en Bretagne. Encore un coup pour rien.



La France est toujours sous la menace d’une sanction européenne pour excès de nitrates dans les rivières bretonnes. On se souvient que, pour cause d’élection présidentielle, Michel Barnier avait réussi à arracher, à la commission européenne, un sursis jusqu’en 2009 avec engagement de rentrer dans les clous à cette date.

Un récent rapport de l’INRA et du BRGM ne laisse aucun doute à ce sujet : c’est encore un coup pour rien.

.../...

 

Lire la suite sur S-EAU-S


Que Choisir et SEDIF .. - par l_ecoleau le 02/10/2008 ¤ 21:17


Que Choisir et le SEDIF : sur 100 euros facturés hors taxe et hors redevance pour l’eau potable, 61 euros ne correspondent pas à un coût justifié.


Le renouvellement du contrat de régisseur du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (Sedif) est un enjeu majeur pour les quatre millions de consommateurs franciliens habitant sur ce territoire. Les usagers domestiques du syndicat dépensent chaque année près de 700 millions d’euros pour leur facture d’eau et d’assainissement (400 euros par ménage) dont plus de 300 millions reviennent au Sedif (190 euros par ménage).

L’objectif de l’UFC-Que Choisir : Diminuer le prix payé par l’usager domestique

Le renouvellement du contrat de régisseur du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (Sedif) est un enjeu majeur pour les quatre millions de consommateurs franciliens habitant sur ce territoire. Les usagers domestiques du syndicat dépensent chaque année près de 700 millions d’euros pour leur facture d’eau et d’assainissement (400 euros par ménage) dont plus de 300 millions reviennent au Sedif (190 euros par ménage).

 

.../...

 

Lire la suite sur : S-EAU-S 

 

Lire aussi les articles de Marc Laimé :

Gestion de l’eau en Ile-de-France : la bagarre fait rage

La polémique Que-Choisir-Sedif-André Santini rebondit


Guerre de l'eau aux States .. - par l_ecoleau le 02/10/2008 ¤ 21:12


Guerre de l’eau en Californie



Une partie des habitants de McCloud s’opposent au projet de captation d’une source au profit du groupe Nestlé. Leur combat contre cette privatisation de l’eau a pris une dimension nationale aux Etats-Unis

Officiellement,Debra Anderson, une quadragénaire élégante, gère une agence immobilière dans sa ville natale de McCloud, petite bourgade touristique au pied du majestueux mont Shasta, au nord de la Californie. En réalité, Debra laisse son mari s’occuper de ses affaires, et consacre son temps et son énergie à se battre contre le groupe Nestlé.

Un jour de 2003, Debra apprend que le conseil du district organise une réunion sur un projet de construction par Nestlé d’un complexe industriel qui captera l’eau de la rivière McCloud à sa source, et la mettra en bouteille : " Les gens de Nestlé nous ont présenté un projet énorme, je pensais que c’était une simple réunion préliminaire. " Or, le lendemain matin, la ville apprend que, dès la fin de la réunion, le conseil a signé le contrat proposé par Nestlé.

.../...

 

Lire la suite sur Planète Bleue info



Guerre de l'eau en Asie .. - par l_ecoleau le 02/10/2008 ¤ 21:08


La menace d’une guerre de l’eau plane sur les pays d’Asie centrale



« L’ eau peut tuer dans cette région, car elle est vitale. Si on a vu dans le passé des fermiers s’affronter violemment pour elle, aujourd’hui, du fait de la pénurie née d’un hiver glacial et d’un été torride, personne ne peut exclure que la situation ne dégénère en conflit ouvert entre Etats. »

En visitant les installations du canal d’irrigation d’Aravan Akbura, près de la ville d’Osh, au sud du Kirghizistan, on serait tenté de ne pas prendre au sérieux les craintes d’Omina Islamova, responsable du programme régional de gestion de l’eau que la coopération suisse met en œuvre depuis une dizaine d’années en Asie centrale.

.../...

 

Lire la suite sur : Planète Bleue info


Fausse concurrence .. - par l_ecoleau le 02/10/2008 ¤ 21:02


Les filiales communes avec Veolia Eau n’ont toujours pas été démantelées



VEOLIA EAU (anciennement Générale des Eaux) et Suez Environnement (issue de la Lyonnaise des Eaux), sont certes des entreprises concurrentes, mais le sont-elles vraiment ? Elles dominent en effet sans grand partage le secteur de la distribution d’eau en France, avec 40 % de parts de marché pour la première et 20 % pour la seconde, et sont associées dans douze sociétés créées en commun, et à parité, au cours de leur longue histoire.

C’est le cas de la Société des eaux de Marseille, mais aussi de celles de Lille, de Douai (Nord), de Saint-Etienne (Loire), de Versailles, de Nancy ou d’Arcachon (Gironde). Lors d’appels d’offres ou de contrats, ces filiales ne sont jamais mises en compétition avec leurs maisons mères. La Société des eaux de Marseille, par exemple - propriété pour moitié de Veolia et de Suez et qui dessert 1,5 million de consommateurs dans 70 communes - a signé, en 1993, un contrat d’une durée de vingt ans, jamais remis en cause, hormis quelques avenants.

Dans un avis qui remonte au 11 juillet 2002, le Conseil de la concurrence constatait que " le jeu de la concurrence est faussé ", précisant : " Lors de plusieurs appels d’offres, lancés par des collectivités à partir de juin 1997, les sociétés mères se sont abstenues de présenter leur candidature, (...) ont limité l’intensité de la concurrence - et - ainsi abusé de leur position dominante collective. " Les magistrats demandaient au ministre de l’économie de l’époque de leur enjoindre de " modifier, compléter ou résilier dans un délai déterminé tous accords et actes qui ont conduit ces sociétés à associer leurs moyens dans le cadre de filiales communes ". Ces dernières ont exercé tous les recours judiciaires possibles, tous rejetés, jusqu’à l’arrêt, en dernière instance, du Conseil d’Etat du 7 novembre 2005.

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a, dans deux lettres du 17 décembre 2007 et du 21 janvier, demandé à Christine Lagarde, ministre de l’économie, de démanteler lesdites sociétés. La ministre a répondu le 18 février que " des discussions sont menées depuis octobre 2006 " mais n’ont pas abouti. Elle a expliqué qu’elle avait enjoint aux sociétés concernées de trouver une solution dans les six mois, à mettre en oeuvre avant deux ans, faute de quoi elle prendra elle-même " les mesures nécessaires "... toujours à l’étude.


Source : Le Monde


DébutPrécédent10 pages précédentes [ 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 ] SuivantFin
^ Haut ^