Texte à méditer :  

"Jusqu'à ce que la douleur le lui enseigne , l'homme ne sait pas quel trésor est l'eau"

   Lord Byron

Connexion...
 Liste des membres Membres : 2460

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonyme en ligne : 1

Total visites Total visites: 0  
Articles eau

Fermer .Biblio

Fermer Divers

Fermer Matériel / Techn.

Fermer Pollution de l'eau

Fermer Prix/services eau

Fermer Qualité de l'eau

Articles assainiss.

Fermer .Biblio

Fermer Assainissement

Fermer Compost

Fermer Toilette sèche

Installation EDP
Q / R ministérielles
Tous Azimuts
Pluviométrie
L association
Sondage
 
Résultats
Sommes membre de
éc'eau-logis soutient
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
203 Abonnés
Webmaster - Infos
Calendrier
Recherche



Actu


Empreinte éc'eau-logique - par l_ecoleau le 17/03/2012 ¤ 19:56

 

L’empreinte eau d’un Français : près de 1 800 m3 par an

 

Alors que se tient actuellement le 6ème Forum mondial de l’eau, du 12 au 17 mars à Marseille, les débats sur l’épineuse question de la disponibilité en eau potable et sa répartition à l’échelle mondiale se succèdent. En effet, bien que 70 % de la surface de la planète soit couverte par les océans, seulement 3 % de l’eau sur terre est douce, ce qui en fait une denrée rare et précieuse puisque vitale. Or, selon le WWF, 23 pays s’accaparent actuellement les deux tiers des ressources mondiales, pendant que 26 autres Etats, soit 250 millions d’habitants, sont en situation de pénurie. Précieuse, la ressource eau l’est à plus d’un titre. Notre mode de vie moderne nous a rendu encore plus dépendants d’elle, multipliant les motifs d’exploitation (besoins vitaux, habitat, alimentation, agriculture, production de biens et de services, moyens de transports etc).

.../...

 

Lire la suite sur Univers-Nature ..

 

 

 


Contre les idées reçues ! - par l_ecoleau le 13/03/2012 ¤ 14:50

 

Eau : les ONG combattent les idées reçues

 

 

«Sortir des fausses évidences et des contre-vérités sur l’eau», tel est le programme du Forum alternatif mondial de l’eau (Fame) qui ouvrira ses portes à Marseille, au Dock des Sud en même temps que le 6e Forum mondial de l’eau, le 13 mars.

Une manière d’aborder le problème de la gouvernance de l’eau en revenant sur quelques notions de base.

.../...

 

Lire la suite sur le JDLE ..

 

 


Abandons de captages .. - par l_ecoleau le 13/03/2012 ¤ 14:47

 

Eau potable : les causes d'abandon de captages passées à la loupe

 

 

Les pollutions d'origine agricole constituent la principale cause d'abandon de captages d'eau destinée à la consommation humaine. Le Nord-Ouest de la France est principalement concerné. Or, ces fermetures ont un coût pour la société.

.../...

 

Lire la suite sur Actu-Environnement ..

 


Piscines et nourrissons .. - par l_ecoleau le 13/03/2012 ¤ 14:44

 

Air intérieur : en Belgique, les piscines sont déconseillées pour les enfants de moins de 1 an

 

 

Le Conseil supérieur de la santé belge déconseille la natation pour les enfants de moins de un an mais l'encourage au-delà de douze mois. La raison ? Le risque sanitaire lié à la présence de chlore dans les piscines, risque auquel les bébés seraient particulièrement vulnérables (leurs poumons sont immatures et leurs muqueuses hyperréactives). Pour les enfants plus âgés, même ceux souffrant d'asthme, le CSS estime que "les avantages de la natation l'emportent sur les risques liés au chlore et à ses dérivés".

En France, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses, alors Afsset) rappelait en juin 2010 la sensibilité particulière des enfants de moins de 2 ans au risque chimique dans les piscines. Elle préconisait, pour les bébés nageurs, ''un suivi médical s'assurant de l'absence de contre-indication (notamment antécédents respiratoires)" et recommandait de pratiquer cette activité "dans des bassins dans lesquels la qualité de l'eau est parfaitement maîtrisée (bassin spécifique, eau recyclée, personnel formé''.

Sophie Fabrégat

Article de Actu-Environnement ..

 


Eau & agriculture - par l_ecoleau le 13/03/2012 ¤ 14:42

 

Eau et agriculture : l'OCDE demande la suppression des aides liées aux intrants et à la production

 

 

"Les gouvernements des pays de l'OCDE n'ont dans l'ensemble guère progressé dans la réduction de la pollution de l'eau d'origine agricole au cours de ces dix dernières années", souligne l'OCDE dans un rapport publié le 12 mars, alors que s'ouvre à Marseille le Forum mondial de l'eau. Pourtant, les actions engagées dans ces pays pour réduire les pollutions agricoles coûtent chaque année des milliards de dollars aux contribuables, auxquels il faut ajouter le coût pour la société et l'environnement. L'OCDE demande donc davantage d'efficacité dans les politiques mises en place, d'autant plus que "la hausse du prix des matières premières observée ces dernières années – une tendance qui selon l'OCDE et la FAO devrait se poursuivre au cours de la décennie à venir – a favorisé l'intensification de la production, augmentant les risques de pollution de l'eau".

L'OCDE recommande aux gouvernements de faire respecter la réglementation et les normes de qualité de l'eau existantes et de supprimer les aides à l'agriculture liées à la production et aux intrants, pour atténuer la pression exercée sur les systèmes aquatiques. En 2008, environ 50 % de la totalité du soutien dispensé aux producteurs agricoles dans les pays de l'OCDE incitaient ces derniers à utiliser des intrants. L'organisation préconise également l'adoption du principe pollueur-payeur et la mise en place d'objectifs et de normes de qualité de l'eau réalistes en agriculture.

Des instruments diversifiés doivent également être mis en œuvre, tels que des échanges de crédits de qualité de l'eau ou des accords entre les compagnies des eaux et les agriculteurs pour réduire la pollution et les coûts de traitement de l'eau.

Sophie Fabrégat

Article de Actu Environnement ..

 

 


"Nouveaux arrêtés" ANC .. - par l_ecoleau le 29/02/2012 ¤ 23:18

 

Spanc : le point sur les nouveaux arrêtés en préparation

 

( Cet article fait partie du dossier "Les enjeux de l'eau et les collectivités territoriales" )

La Gazette.fr

 

Créés il y a tout juste 20 ans, les services publics d'assainissement non collectif (Spanc) sont en pleine mutation : le ministère de l'Ecologie tout comme les particuliers leurs demandent d'harmoniser leurs pratiques en fonction de critères plus objectifs. Ils vont aussi être amenés à atteindre une taille critique pour que leur budget de fonctionnement soient enfin à l'équilibre. Plusieurs arrêtés, qui harmonisent les pratiques des Spanc ont été validés par tous les acteurs et n'attendent plus que leur signature. Revue des enjeux.

 

1. Une nécessaire harmonisation des contrôles
2. Adapter les règlements de service des Spanc
3. Réhabilitation : se focaliser sur les points noirs
4. Réaliser les travaux sous maîtrise d’ouvrage publique ou privée ?
5. Faut-il aller vers un service unifié de l’assainissement ?
6. Equilibre financier et mutualisation des Spanc

 

Très bon dossier à lire sur le site de "La Gazette des Communes" ..

 


Pollution nitrates .. - par l_ecoleau le 29/02/2012 ¤ 23:11

 

Pollution aux nitrates: la France n’échappe pas à l’Europe

 

Alors que l’agriculture française est à la fête dans le cadre de son grand raout annuel, elle est en revanche mise à l’index par Bruxelles. La Commission européenne vient de lancer officiellement, ce 27 février, un contentieux à l’encontre du gouvernement français en l’assignant devant la Cour de justice de l’Union européenne. Motif: incapacité à lutter contre la pollution des eaux par les nitrates.

.../...

 

Lire la suite sur le JDLE ..

_ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Algues vertes: Paris épinglé par Bruxelles

 

La Commission européenne vient d’intégrer la mauvaise gestion des algues vertes à la procédure d’infraction déjà lancée à l’encontre de la France pour mauvaise transposition de la directive de 1991 sur les nitrates, selon un communiqué de l’eurodéputée Sandrine Bélier (Europe Ecologie-les Verts, EELV). Pour rappel, un avis motivé avait été envoyé à Paris le 27 octobre dernier (voir JDLE) en raison de périodes d’interdiction d’épandage trop courtes et de restrictions insuffisantes en matière d’épandage d’effluents d’élevage et de fertilisants. Une mise en demeure avait déjà été émise en novembre 2009.

.../...

 

Lire la suite sur le JDLE ..

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Nitrates : Bruxelles poursuit la France en justice


Selon la Commission européenne, la France ne se conforme pas à ses devoirs en matière de transparence et de lutte contre la pollution des eaux.
La Commission européenne a décidé de poursuivre la France en justice pour ne pas avoir pris des mesures suffisantes afin de lutter contre la pollution des eaux par les nitrates, a annoncé lundi 27 février l'exécutif européen dans un communiqué.
"La Commission européenne traduit la France devant la Cour de justice de l'UE pour n'avoir pas pris les mesures efficaces contre la pollution des eaux par les nitrates", affirme ce communiqué.
Depuis 1991, une législation européenne impose aux Etats membres de surveiller leurs eaux et de définir les eaux atteintes, ou susceptibles de l'être, par la pollution par les nitrates à partir de sources agricoles mais, selon la Commission, la France ne s'y conforme toujours pas.


"Faire face au problème"
La France n'a pas désigné comme vulnérables à la pollution par les nitrates des zones qui le sont au vu des données scientifiques et n'a pas adopté les mesures permettant de lutter efficacement contre cette pollution dans ces zones, estime la Commission.
"La Commission demande donc instamment à la France de prendre des mesures en désignant davantage de zones et en élaborant des plans appropriés pour faire face au problème", précise le communiqué.
A Paris, au ministère de l'Ecologie, on estime pourtant que de nouvelles dispositions adoptées à l'automne ont permis de durcir la réglementation "pour aller dans le sens des demandes de la commission".
"On va se défendre à la Cour de justice sur la base de ce qu'on a produit", a-t-on indiqué à la direction de l'eau et de la biodiversité, soulignant que d'autres arrêtés sont attendus pour 2012 pour "compléter le dispositif" et permettre de rendre opérationnels tous les programmes d'action d'ici mi-2013.


De nombreuses lacunes
La désignation de nouvelles zones vulnérables doit elle avoir lieu d'ici fin 2012 avec la prise en compte de nouveaux critères, selon le ministère.
Pour la Commission européenne, la législation française et les programmes d'action adoptés "manquent de précision et présentent de nombreuses lacunes: les périodes d'interdiction sont inappropriées et les restrictions concernant l'épandage des effluents d'élevage et des fertilisants sont insuffisantes."


Une mise en garde en octobre
La directive de 1991 a pour but de protéger les réserves d'eau en surface et en sous-sol en limitant l'usage des nitrates, présents dans les engrais agricoles, et en imposant des périodes d'interdiction de répandre ces engrais qui doivent alors être dûment stockés.
Bruxelles avait adressé une mise en garde à la France le 26 octobre 2011, à la suite de quoi Paris avait modifié sa réglementation.
"Mais la lenteur des progrès et l'insuffisance des changements proposés ont conduit la Commission à transférer le dossier" à la Cour de justice, a souligné la Commission.
La France, qui a maille à partir avec Bruxelles depuis des années au sujet des nitrates, notamment en Bretagne, risque des amendes importantes.


Pour l'association Eau et Rivières de Bretagne, cette nouvelle décision est d'ailleurs "tout sauf une surprise". Le problème récurrent de la pollution aux nitrates dans les rivières bretonnes s'explique par la nature intensive de l'élevage et des cultures dans cette région.
La Bretagne représente 7% de la surface agricole française mais rassemble 50% des élevages de porcs, 50% des élevages de volailles et 30% des bovins.


Nouvel Observateur 27 février 2012

 

 

 

 


Forum mondial de l'eau .. - par l_ecoleau le 29/02/2012 ¤ 23:02

 

Forum mondial de l'eau ou foire commerciale ?

 

Associations et écologistes ont dénoncé mardi 21 février la foire commerciale que représente pour eux le 6e Forum mondial de l'eau (FME), qui se tiendra à Marseille du 12 au 17 mars. Ils mettent en avant la gabegie d'argent public et le peu de succès en termes de participants.

Le FME, dont le budget s'élève à près de 30 millions d'euros, dont 17 millions de subventions publiques, selon Sébastien Barles, «est une foire commerciale destinée aux multinationales françaises de l'eau pour qu'elles trouvent des marchés dans les pays du Sud», affirme le candidat Europe-Ecologie-les Verts (EELV) aux législatives des Bouches-du-Rhône.
«C'est une gabegie d'argent public, complète-t-il. Ce que l'on demande, c'est que ce Forum soit une véritable instance indépendante, placée sous l'égide de l'ONU

.../...

 

Lire la suite sur le JDLE ..

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Communiqué : Coordination eau Ile-de-France

 

Madame NON

Posted: 23 Feb 2012 08:06 AM PST
 


Le ministère de l'écologie regrette l'organisation du Forum alternatif, c'est la curieuse conception qu'a Mme Kosciusko-Morizet du dialogue avec les associations.

Répondant à une question orale de la sénatrice Laurence Cohen sur l'absence de financement du Forum alternatif mondial de l'eau (FAME) par le ministère de l'écologie, le secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'écologie a déclaré «  regretter l'organisation de forums « alternatifs », qui ne pourront pas créer les conditions d'un véritable débat au sein du Forum mondial de l'eau. » et confirmé que « le ministère ne soutiendra pas le forum alternatif » !

Dans un monde idéal, il n'y aurait pas besoin de forum alternatif. Le forum mondial de l'eau serait organisé par l'ONU et permettrait le dialogue entre les Etats, les parlementaires, les élus locaux, les gestionnaires publics de l'eau et la société civile. Les multinationales attendraient à la porte les déclarations du Forum.
Malheureusement nous ne sommes pas dans un monde idéal et le Forum mondial de l'eau, tel qu'il est aujourd'hui, est le jouet de puissants intérêts privés et non l'expression de l'intérêt général.
Pour « créer les conditions d'un véritable débat au sein du Forum mondial de l'eau », il faut le réformer radicalement ! C'est de la responsabilité des pouvoirs publics, notamment français. Mais évidemment, il est sans doute plus facile de ne rien faire et de s'en prendre au Forum alternatif !

Contrairement à ce que dit le secrétaire d'Etat, le Forum mondial de l'eau n'est pour rien dans la reconnaissance du droit à l'eau par l'ONU. A Istanbul en 2009, le dernier Forum mondial de l'eau a refusé cette reconnaissance qui a fait l'objet d'une déclaration, en dehors du Forum, par une vingtaine de pays. Maintenant est posée la question de reconnaître le droit à l'eau dans la déclaration ministérielle de Marseille et, paraît-il, ce n'est pas gagné ! C'est dire à quel  point, le Forum mondial de l'eau est à la traîne et constitue un frein et non pas un moteur dans l'action politique en faveur de l'eau et de l'assainissement au niveau international.
Ses « solutions » sont toujours commerciales et sont battues en brèche partout dans le monde car elles ne répondent pas aux défis de l'accès à l'eau et à l'assainissement pour l'humanité, de la préservation de la ressource pour la vie.

Ce sont toutes ces raisons qui rendent plus nécessaires que jamais la tenue d'un Forum alternatif. En regretter la tenue ne témoigne pas d'un bien grand respect des associations et des citoyens. Mais surtout, c'est se voiler la face devant l'échec du Forum mondial de l'eau et ne pas prendre ses responsabilités face à la crise mondiale de l'eau.

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Question orale sans débat n° 1532S de Mme Laurence Cohen (Val-de-Marne - CRC)
publiée dans le JO Sénat du 15/12/2011 - page 3186

Mme Laurence Cohen interroge Mme la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement sur le financement du Forum mondial de l'eau et du Forum alternatif mondial de l'eau qui se dérouleront à Marseille en mars 2012.

 

Question & réponse à lire sur le site du Sénat ...

 

 

 

 

 

 

 


Les retenues d'eau .. - par l_ecoleau le 29/02/2012 ¤ 22:44

L'analyse des impacts environnementaux des retenues d'eau est une priorité pour 2012

 

Interrogés sur la faisabilité économique et environnementale de retenues d'eau dans le bassin Adour-Garonne, le CGEDD et le CGAAER préconisent en priorité de réaliser en 2012 une synthèse scientifique sur les impacts de tels projets.

.../...

 

Lire la suite sur Actu-Environnement ..

 

 


Consommation mondiale .. - par l_ecoleau le 29/02/2012 ¤ 22:38

 

Eau dans le monde : qui consomme quoi ?

 

Des chercheurs de l’université de Twente (Pays Bas) montrent que plus d’un cinquième de l’eau utilisée dans le monde disparait dans la production de biens de consommation. Un résultat étonnant publié dans les Pnas.

Premier constat de cette étude néerlandaise. Sur la période 1996-2005, la Chine est le plus gros consommateur d’eau dans le monde (1.207 milliards de mètres cubes par an), précédant de peu l’Inde (1. 182) et les Etats-Unis (1.053). Ces trois pays cumulent à eux seuls 38% de l’empreinte eau du monde. Le Brésil arrive en 4e position, loin derrière les trois premiers avec une consommation de 482 milliards de m3/an.

.../...

 

Lire la suite sur le JDLE ..

 

 


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
^ Haut ^